En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et améliorer votre expérience de navigation.

Vous pouvez désactiver les cookies en cliquant ici

Projet Life Heart

Ce projet vise à démontrer qu’il est possible de réduire significativement, par rapport à l’état de l’art actuel, la consommation de gaz naturel et les émissions de CO2 d’une unité existante de production de tuiles ou de briques en terre cuite.

Programme Life +


Depuis 1992, Life + cofinance des actions en faveur de l’environnement dans l’Union européenne (UE).
3 954 projets ont bénéficié du programme, contribuant ainsi à hauteur de 2 milliards d’euros à la protection de l’environnement.
Dans le cadre du troisième appel à propositions (2007 – 2013), la commission européenne a approuvé le financement du projet HEART de TERREAL.

 

 

Dans quel cadre intervient ce projet ?


L'industrie européenne des tuiles et briques en terre cuite représente plus de 700 entreprises, PMEs comme grands groupes internationaux. La production de tuiles et de briques en terre cuite utilise à plus de 90% le gaz naturel pour sécher et cuire ses produits. La combustion du gaz émet du CO2, estimé à 6,5 millions de tonnes en 2010 pour le secteur en Europe. Le bilan thermique d'une usine moderne de terre cuite montre que plus de 70% des apports thermiques sont perdus dans les fumées du séchoir et du four. La récupération d’énergie sur les fumées du four est limitée à cause d’un verrou technique (particules de fluor, chlore et soufre expugnées des argiles pendant la cuisson, qui une fois refroidies, se condensent sous forme d’acides).

TERREAL a mené des études préalables qui l'ont convaincu que l'état de l'art actuel peut être dépassé en transposant et en intégrant dans le procédé terre cuite des technologies de récupération d’énergie utilisées dans d'autres industries.  

 

 

Quels objectifs ?


TERREAL a mené des études préalables qui l'ont convaincu que l'état de l'art actuel peut être dépassé en transposant et en intégrant dans le procédé terre cuite des technologies de récupération d’énergie utilisées dans d'autres industries :

- échangeur statique

- échangeur à contact direct.

 

Le projet vise à démontrer industriellement que ces technologies améliorent l’état de l’art actuel de la production de tuiles et de briques en terre cuite :

     

  1. Démontrer qu’il est possible de récupérer une part importante de l'énergie des fumées du four de cuisson d'une unité de production terre cuite, et de réutiliser cette énergie de manière fiable et robuste 24 h / 24 et 7 jours / 7 pour le séchage des tuiles. L’économie de gaz naturel fossile visée est de 20%.
  2.  

  3. Démontrer que ce nouveau système de récupération peut se greffer de manière simple et sans risque sur une unité de production terre cuite existante (et a fortiori sur toute nouvelle unité). La longue durée de vie des équipements de production de matériaux en terre cuite demande en effet d’améliorer en priorité le parc d’usines existantes.
  4.  

  5. Démontrer que ce nouveau système peut épurer les fumées du four. Le nouveau système pourra alors se positionner comme une nouvelle génération d’épurateurs de fumées rentabilisés par de la récupération d’énergie.
  6.  

  7. Faire reconnaître ce nouveau système comme un nouveau standard technique pour le secteur.
  8.  

 

 

Le projet en action


Le projet consiste à implanter en 2015 sur l’unité de production Ségala 3 de la tuilerie de Labastide d’Anjou, Aude (11) un système innovant de récupération d’énergie.

L’unité « Ségala 3 » fait partie des tuileries les plus performantes d’Europe et rejette des fumées de cuisson à une température faible de 80°C, d’où l’étude de faisabilité de valoriser une chaleur fatale dont le point de rosée acide est de 30°C.

La combinaison de deux principes d’échange thermique permettra de récupérer l’énergie des fumées du four de cuisson et de la restituer au process de séchage des tuiles. Ce dispositif réduira de 2500 tonnes les émissions annuelles de CO2 de l’unité. Le principe d’échange à contact direct assurera également une fonction d’épuration des fumées. 

Contacts


Xavier Grosjean

Responsable Pôle Ingénierie
TERREAL
Route de Pibrac
31770 COLOMIERS
FRANCE
xavier.grosjean@terreal.com