En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des contenus ciblés adaptés à vos centres d’intérêts et améliorer votre expérience de navigation.

Vous pouvez désactiver les cookies en cliquant ici

Chagny, un exemple d’économie circulaire à l’échelle d’un territoire


La méthanisation s’inscrit pleinement dans la dynamique de la transition énergétique et écologique. La production locale du biométhane permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de recycler des déchets, et diminue d’autant nos importations de gaz naturel. Elle permet également de diversifier le mix énergétique d’un territoire, d’assurer des revenus et des emplois non délocalisables et de développer des synergies entre les acteurs économiques locaux.

Le biométhane crée un cercle vertueux en permettant de traiter des déchets produits localement tout en produisant de l’énergie décarbonée et renouvelable. Avec la transition énergétique, ses perspectives de développement sont importantes ; la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe pour objectif de porter la part d’énergie renouvelable à 10 % de la consommation de gaz en France en 2030. La concrétisation de projets tels que celui de Chagny contribue à l’atteinte de cet objectif commun à l’ensemble du territoire.

Les étapes du cycle de vie du biométhane sur le site de Chagny


Les déchets ménagers produits par la moitié des foyers du département de Saône-et-Loire, soit plus de 300 000 habitants, sont collectés par les camions-bennes. Cela représente chaque année 73 000 tonnes de déchets.

Centralisés sur le site de l'usine ECOCEA, ces déchets font d’abord l’objet d’un tri mécano-biologique. La partie organique, donc fermentescible, est séparée des plastiques, métaux et autres résidus.

Après ce tri, les déchets organiques sont introduits dans un méthaniseur qui permet via un processus de digestion d’obtenir du biogaz. La partie solide résiduelle, appelée « digestat », est valorisée comme compost après mélange avec des déchets verts.

Composé de méthane, de dioxyde de carbone et d’hydrogène sulfuré, le biogaz obtenu est d’abord épuré grâce à l'utilisation de filtres à membrane. Le méthane alors conservé est appelé biométhane.

Le biométhane comprimé par le SMET 71 est injecté dans le réseau de transport de gaz de GRTgaz via un poste d’injection situé à proximité du site ECOCEA. Les fonctionnalités du poste de GRTgaz permettent de compter les quantités de biométhane, de contrôler ses caractéristiques et de l’odoriser pour le mélanger au gaz naturel. Le biométhane offre en effet les mêmes propriétés que le gaz naturel.

Le site industriel de TERREAL est directement raccordé au réseau de GRTgaz. Le biométhane (en complément du gaz naturel) est utilisé pour faire fonctionner ses fours et produire des tuiles en terre cuite.

Explications en vidéo